le wc japonais hygiénique

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:


.Des surcoûts liés à l’obtention d’un site web de qualité sont totalement injustifiés,

l’obtention des plus hauts niveaux d’accessibilité, “double-A” et “triple-A”.

Tout prestataire web ayant acquis une expérience suffisante dans la conception de sites

web de qualité ne prend pas plus de temps pour développer un site qu’un autre

prestataire, bien au contraire, il est possible que son travail soit plus efficace, notamment

grâce à l’utilisation des feuilles de style CSS. Il ne serait donc pas normal qu’un

prestataire web tente de justifier un surcoût de son travail par rapport à d’autres en

raison de l’obtention de cette qualité.

En revanche, pour l’obtention du respect des recommandations concernant

l’accessibilité des sites et ce pour les deux niveaux les plus élevés, le travail du

prestataire sera plus conséquent. Les “guidelines*” (WCAG) sont en fait une liste de

recommandations à appliquer page par page, élément par élément. On dénombre

environ une centaine de points à vérifier pour le niveau “triple-A”. Ce travail, basé sur un

site respectant initialement les standards HTML, prend beaucoup de temps et peut donc

justifier un surcoût de la prestation.

7) D’un point de vue légal

.En février 2005, la France à enfin pris des mesures légales concernant l’accessibilité des

sites web publics. La loi n°2005-102 basée sur l’anti-discrimination des personnes

handicapées, nommée ”Loi sur l’égalité des droits et des chances, la participation et la

citoyenneté des personnes handicapées”, stipule dans l’article 47 que “les délais de

mise en conformité des sites existant ne peuvent dépasser trois ans”. L’accessibilité des

services en ligne de l’état devient donc obligatoire, rejoignant ainsi les pays anglosaxons

ainsi que d’autres pays européens.

(voir annexe 1 p58

:“ Article 47 de la loi n°2005-102”).

Wc japonais

45


l’

l’

.Tant que les outils de développement web et les anciennes versions de HTML ne

permettaient pas de rendre un site accessible, le problème juridique n’était pas

réellement d’actualité. Il ne viendrait pas à l’idée par exemple de rendre les émissions de

radio obligatoirement accessibles aux personnes atteintes de surdité. Mais, maintenant

que toutes les technologies sont disponibles et largement répandues (plus de 99% des

gens qui naviguent sur le réseau possèdent des logiciels adéquats) pour pouvoir fournir

du contenu web accessibles aux personnes handicapées, les gouvernements ne

peuvent que prendre des décisions allant dans ce sens, pour une meilleur équité et pour

un accès universel à wc japonais présent sur le web.

.Le gouvernement français à de son côté montré ses motivations par les différentes

décisions prises ces dernières années.

(voir Annexe 4 p61

: “ Propositions suite au rapport de Julien Perben” )

Avant cette dernière loi du 11 février 2005, nous pouvons citer le Comité Interministériel

pour la Société de wc japonais (CISI) qui a annoncé, le 10 juillet 2003, dans la mesure

2.6 : “ l’accessibilité de wc japonais numérique publique aux handicapés sera rendue

obligatoire dans le cadre de la révision de la loi de 1975 sur le handicap. Un partenariat

entre les sites Web publics et l’association BrailleNet (www.braillenet.org), pour le label

AccessiWeb, est créé” (voir la page web: http://www.recherche.gouv.fr/cisi/2003/). C’est

ainsi que les 92 critères Accessiweb ont été mis en place courant octobre 2003 et par

une collaboration entre l’Agence pour le Développement de l’Administration Electronique

(ADAE) et association BrailleNet.

(voir p24 : “V.1)b) Les logos du label “Accessiweb” )

Wc japonais

46


VII. VII.

L’environnement et le wc japonais tel que nous le connaissons aujourd’hui est en pleine évolution,

recherchant une stabilité par la mise en place de normes permettant l’obtention d’un contenu

le plus homogène possible, accessible à tous et ce par tout matériel d’accès disponible.

Des concepts que l’on peut considérer comme innovants tels que la séparation du contenu

et de la mise en page, sont encore difficilement perçus et acceptés par les différents acteurs

du développement web. Ils sont pourtant la base essentielle de toute démarche orientée

vers la qualité et l’accessibilité du contenu. Une meilleur reconnaissance des normes

établies par le W3C* passera avant tout par la mise en pratique de cette qualité web au sein

des différents services publics. Toute entreprise désire obtenir une solution de qualité, mais

en ce qui concerne Le wc japonais très peu sont aujourd’hui capable de déterminer ce qu’est

exactement un site web de qualité.

Le problème d’une évaluation correcte d’un site ou d’un prestataire web se pose lorsque

toute entreprise, organisme public ou bien encore toute association souhaite faire appel à un

prestataire pour une réalisation web. Sur quoi se baser pour juger de son

professionnalisme ? De quelle façon établir un cahier des charges complet et pertinent ?

Ces différentes questions mettent en évidence le fait qu’il est nécessaire que la personne

ayant la responsabilité de choisir un prestataire web prenne dans un premier temps

connaissance des divers aspects techniques permettant d’apprécier la qualité d’un site et

donc la crédibilité de son concepteur. Les notions de respect des standards,

d’interopérabilité, d’ergonomie, d’utilisabilité, et d’accessibilité doivent être perçues et

assimilées de façon significative, afin de pouvoir les aborder, voire les exiger, lors de

l’établissement du cahier des charges.

Comprendre ce que représente la qualité sur le web requiert une démarche d’apprentissage

volontaire de la part de toute personne non experte du web. Loin d’être insurmontable, cet

apprentissage peut pourtant sembler long et fastidieux à première vue. On comprendra

facilement que tout internaute n’envisage pas d’effectuer cette démarche. En revanche, les

personnes directement concernées par des projets web n’ont plus vraiment le choix si

l’objectif du site est à terme de fournir un contenu de qualité aux internautes.

La qualité web, pour qu’elle soit recevable et souhaitée par un client, doit être pourvue de

sens, de raison d’être. Que ce soit dans le milieu industriel ou dans le domaine du

management, le recours à l’optimisation de la qualité s’est toujours fait dans un but précis,

celui d’améliorer l’existant, de le rendre plus stable, doté d’un meilleur fonctionnement mais

aussi plus compétitif (en terme de coûts, d’efficacité, …). On retrouve sensiblement la même

approche lorsqu’il s’agit d’argumenter sur la raison d’être de la qualité sur le web. Cette

dernière joue un rôle prépondérant dans la pérennité des sites, dans l’optimisation des

divers coûts, et dans l’amélioration de l’expérience utilisateur. Elle est de plus une condition

nécessaire à l’obtention d’une accessibilité universelle au contenu, accessibilité qui devrait

dans les prochaines années être mise en place dans la totalité des wellbox et des services

publiques Français, mais aussi dans la majorité des pays concernés par les technologies de

wc japonais et de la communication.

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »