wc japonais : écologique et économique

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

wc japonais : écologique et économique

I. Qu’est-ce qui influe sur la construction de toilettes écologiques ?

1. Les avantages écologiques et économiques

2.   Les «  freins » à la construction écologique

II.  Quelle maison écologique fabriquer ?

1. La réglementation

2. Les différents types d’habitat

a. La maison en paille
b. La maison en bois
c. La maison structure acier
d. La maison passive

3. Isolation, quel composant retenir en respect du cadre écologique ?

Conclusion

INTRODUCTION

De nos jours, l’écologie est un phénomène d’actualité auquel chaque citoyen est confronté. En effet, après l’observation de la diminution des ressources naturelles, la détérioration de l’environnement, l’écologie devient une priorité.
En effet la conscience de nos responsabilités à l’égard de l’environnement progresse fortement et l’on constate que l’habitat consomme plus de 40 % de l’énergie primaire, il faut donc progresser dans le domaine de la construction durable et bioclimatique en intégrant la démarche HQE (Haute Qualité Environnementale), pour un habitat sain.

La Terre se détériore jours après jours, l’Homme doit agir afin de réduire les effets négatifs causés par son activité sur la planète. Pour cela, il peut améliorer son comportement afin de diminuer sa consommation énergétique. L’écologie intervient sur plusieurs domaines tels que le développement durable, l’éco-fabrication, la bonne gestion des énergies ou encore l’éco-construction de l’habitat.
Le défi à relever c’est construire des maisons individuelles en apportant une réponse qualitative en optimisant les coûts, avec le développement de nouveaux systèmes constructifs, maisons en bois, maisons en acier, maisons passive, maisons en paille.

Nous allons traiter dans cet exposé de la problématique de développer de nouveaux modes de construction, de nouveaux matériaux afin d’approfondir l’étude sur la construction de maisons écologique qui connaît un démarrage intéressant.

Ainsi, quels freins et motivations influent sur la construction de wc écologiques porteuses d’avenir ?

II. Qu’est-ce qui influe sur la construction de maisons écologiques

1.1 Les avantages écologiques et économiques

Dans la construction moderne, de nombreux produits potentiellement toxiques sont utilisés. Ils sont d’autant plus nocifs pour la santé car nous passons, pour la plupart, plus de 20 heures par jour dans une maison, un atelier, un bureau où nous respirons un air qui, dans certains cas, est plus pollué que celui des grandes villes.
De plus, la fabrication de ces matériaux nécessite de grandes quantités d’énergie. Or on sait que l’électricité en France et dans plein d’autres pays est produite en majeure partie par le nucléaire. Le problème est que les déchets qui en résultent sont extrêmement polluants.

Enfin, une des lacunes majeures des matériaux utilisés dans la construction moderne est leur grande difficulté de recyclage. C’est notamment le cas du béton armé. Les solvants, présents dans de nombreux vernis et peintures, dégagent des vapeurs toxiques de même que les produits de traitement du bois.
Les isolants en polyuréthane et polystyrène provoquent des allergies tout comme le formaldéhyde, très utilisé dans les panneaux agglomérés, les tissus d’ameublement, les tapis et les moquettes. Ces isolants étant  sous forme de mousse, ils nécessitent des gaz propulseurs, gaz qui participent à la destruction de la couche d’ozone.
L’habitat moderne est donc un concentré de pollution ; d’où le choix d’un nombre croissant de personnes de construire écologique. Ils utiliseront pour cela des matériaux non polluants et recyclables : par exemple le bois, la terre crue, la brique isolante, des peintures sans solvants chimiques, des isolants végétaux tels que la ouate de cellulose, le chanvre, le lin ou le liège, etc. Dans ce domaine, les découvertes se font de plus en plus fréquentes.

Mais construire écologique ce n’est pas seulement utiliser des matériaux non polluants et recyclables. C’est aussi construire une architecture bioclimatique, qui économise l’énergie en bénéficiant au maximum des apports solaires. Pour cela, il est nécessaire d’avoir une parfaite isolation afin d’éviter les déperditions de chaleur (ponts thermiques). Celles-ci sont très importantes dans les maisons modernes, nous retrouverons l’illustration dans le schéma dans la partie « isolation » de cette étude. Ensuite, les angles d’exposition de la maison et l’inclinaison de  la toiture sont à calculer avec pertinence afin de bénéficier au maximum de la chaleur solaire, sans que cela soit gênant l’été. On pourra enfin ajouter à tout cela des panneaux solaires pour une production autonome d’énergie.

Enfin d’encourager la construction d’habitats écologiques, des aides et réductions fiscales sont prévues. Par exemple, en choisissant d’isoler sa maison principale, une personne peut bénéficier d’un crédit d’impôt dédié au développement durable et aux économies d’énergies. De plus, pour les matériaux d’isolation thermique, la TVA est réduite à 5,5%. L’agence de l’environnement et de l’énergie (ADEME) offre également des primes lorsque le particulier investit dans un système de chauffage solaire, le chauffage bois ou l’électricité en milieu isolé. De nombreux organismes peuvent subventionner les constructions écologiques.

2.   Les «  freins » à la construction écologique

La construction de maisons (pour les wc japonais) écologiques est cependant confrontée  à des problèmes. L’un d’eux, qui constitue le souci majeur, est le manque d’informations à son sujet. En effet,  depuis la reconstruction massive qui a suivi l’après guerre, les architectures des maisons se sont uniformisées ; le but ayant été de tout reconstruire au plus vite et au moins cher après les ravages de la seconde guerre mondiale, sans se soucier de l’esthétique et encore moins de l’écologie dont  les gens n’avaient pas encore conscience.
Aujourd’hui, cette uniformisation des habitats est entrée dans les normes et on ne s’étonne plus de voir des rangés de maisons identiques. Il est alors rare d’observer une maison en bois ou en paille…Les gens ne sont pas au courant que l’on peut construire de très belles maisons écologiques permettant de faire des économies d’énergie. Cela est encore vu comme marginal.
Il semblerait cependant que depuis quelques années la mode soit à l’écologie. On voit donc arriver sur le marché du BTP de grands constructeurs proposant des constructions écologiques. Mais là encore, le particulier se retrouve devant un obstacle de taille quand il en arrive à étudier les devis. En effet, les prix de ces services subissent l’effet de mode et prennent des proportions inaccessibles à la population en général. Surtout à une époque où, on le sait, les crédits sont difficiles à obtenir.

Enfin, une autre problématique existe avec ces maisons écologiques. Elles sont dépendantes des habitudes de vie des occupants. En effet, ces maisons très fortement isolées ont de très faibles déperditions d’énergie ; elles ne nécessitent donc pas de chauffage car la seule chaleur des occupants suffit. Mais, si l’on prend l’exemple d’une famille qui partirait en vacances, à son retour, la maison aurait fini par se refroidir et, si elle n’a pas de système de chauffage,  il faudrait un long moment avant que celle si se réchauffe.

II. Quelle maison écologique fabriquer ?

1. La réglementation :

La maison écologique, économe en énergie, solide et bon marché à entretenir n’est plus un fantasme en effet les différents types de construction que nous étudierons démontrent qu’elle repose sur des principes qui luttent à réduire les pertes d’énergie afin de répondre à une réglementation qui devient de plus en plus contraignante.
[pic]
La réglementation thermique 2005 et en vigueur répond donc à des enjeux majeurs :

? Un enjeu planétaire pour lutter contre l’effet de serre

En signant les accords de Kyoto, la France s’est engagée à avoir une consommation d’eau et de papier divisée par 4 ses émissions de gaz à effet de serre d’ici 2050. La RT 2005 est entrée en vigueur pour les bâtiments neufs dont les permis de construire ont été déposés après le 1er octobre 2006.
Cette nouvelle réglementation vise à améliorer d’au moins 15 % la performance énergétique des bâtiments neufs et encourager la mise en œuvre des énergies renouvelables, ce qui a favorisé le développement des différents types de construction.

? Un enjeu social : la maitrise des loyers et des charges

Pour que chacun puisse trouver un logement correspondant à ses capacités financières, le ministère de l’emploi, de la cohésion sociale et du logement reste attentif à la maîtrise du coût global des logements, charges financières dans le cas de remboursement des crédits et des frais liés à l’exploitation : charges diverses.

? Un enjeu économique : encourager les systèmes et les techniques constructives performants

La RT 2005 répond à la stratégie énergétique nationale énoncée par la loi de programme fixant les orientations de la politique énergétique du 13 juillet 2005 : elle permet d’une part de contribuer à l’indépendance énergétique nationale et d’autre part de favoriser la compétitivité économique de l’ingénierie, des techniques et des produits français sur le marché intérieur d’où le développement de différentes constructions appuyées par des aides de l’état.

On peut citer principalement :

? Les Labels haute performance énergétique et basse consommation
? Le label Effinergie
? Le Crédit d’impôt dédié aux travaux d’isolation
? La TVA réduite à 5.5% dans le cadre d’économie d’énergie

? Les prochaines étapes de la règlementation

Au-delà de ces différents enjeux qui permettent d’améliorer la performance énergétique de la construction et de préparer la prochaine étape réglementaire en 2010 (RT 2010), les professionnels du bâtiment doivent préparer les solutions techniques qui permettront la réalisation de construction à basse consommation.
C’est pourquoi le gouvernement a mis en place un grand programme de recherche sur les économies d’énergie et des normes à respecter.

2. Les différents types d’habitat

Afin de répondre au besoin et à la demande de maisons écologiques respectant le label HQE, plusieurs types de maisons respectueuses de l’environnement ont été élaborés. Certains modes de fabrication sont même vieux d’un siècle.

a. La maison en paille

? Tout d’abord, la plus ancienne, la maison en paille fut créée au Nebraska. Etats-Unis il y a près d‘un siècle lors de l‘invention de la botteleuse, machine qui met en ballots la paille.
? La terre de cette région étant très sableuse et la ressource en bois peu conséquente, la construction de maisons traditionnelles était difficile. Alors, la paille, reconnue comme étant un bon isolant utilisé afin d’isoler les abris pour animaux a été rapidement intégrée à la construction de l’habitat. Avec ses blocs légers et doux, des maisons, des écoles et même une église ont été construites.
? En France, le concept est arrivé par M. Feuillette, après la guerre, il décide de construire en 1921 une maison en ballots de pailles et présente cette technique comme moyen de reconstruire le pays. Cette maison est toujours dans un très bon état et habitée.
? La construction d’une maison en paille consiste d’abord à réaliser une structure en bois puis à y ajouter entre les portants des ballots de paille entassés et recouvert de boue. Ce genre de maison est très simple à fabriquer, il ne nécessite que des matériaux naturels et non polluants.
L’avantage de la paille, c’est surtout son caractère naturel, son faible coût et sa valeur isolante  la paille ressemble à des tubes de bambou. Autant de petites cellules, fermées, comme les bulles d’une mousse isolante. Et comme les ballots sont comprimés et recouverts de crépi, ils résistent aux flammes pendant des heures, même à 1000 degrés Celsius.
Selon l’expérience menée au Québec où l’on ne compte pas moins d’une centaine de construction avec ce matériau, la crainte, c’était plutôt l’humidité, mais aussi la résistance du crépi, l’isolation et les joints au niveau des fenêtres. Même si cette forme de construction séduit par son concept original  cela ne veut pas  dire pour autant que toutes les difficultés des maisons de paille sont résolues.
? Nous nous sommes tout particulièrement intéressés à ce mode de construction et avons eu l’occasion de visiter le chantier de construction d’une maison passive en paille. Nous nous sommes déplacés près de Tarbes où nous avons pu observer un chantier relativement propre. Mr Pécoul, un des constructeurs responsable du projet nous a expliqué les différentes étapes de construction ainsi que les motivations qui le poussent lui et ses collègues à se lancer dans ce domaine de construction .Ci-dessous, les photos prisent sur le lieu de construction démontrent les différents procédés ainsi que l’interview.

Nous avons réalisé une interview vidéo qui sera présentée le jour de l’oral pour cela nous avons listé quelques questions pour diriger notre débat.

|                                                                                                                                             |
|Les questions principales de cette interview sont les suivantes:                                                                             |
|                                                                                                                                             |
|Motivations personnelles pour le constructeur, la wellbox:                                                                                |
|                                                                                                                                             |
|-Pourquoi vous lancez-vous dans cette filière de construction?                                                                               |
|                                                                                                                                             |
|Motivations et éventuellement freins pour l’acquéreur :                                                                                      |
|                                                                                                                                             |
|-D’après vous, quelles sont les motivations pour un acheteur qui aboutissent à ce type de construction ?                                     |
|                                                                                                                                             |
|-Confirmez-vous ces informations : rapidité, légèreté de la construction, propreté des chantiers, gain de surface, sécurité plus élevée que  |
|les maisons en dur.                                                                                                                          |
|                                                                                                                                             |
|Le déroulement du chantier :                                                                                                                 |
|                                                                                                                                             |
|-Quelles sont les principales contraintes durant la construction de ce type d’habitation ?                                                   |
|                                                                                                                                             |
|-Est-ce plus difficile  pour les ouvriers de construire une maison dite « en dur » ou en paille ?                                            |
|                                                                                                                                             |
|-Quelle est la durée de construction en moyenne d’une maison en paille ?                                                                     |
|                                                                                                                                             |
|Le recul et les  retours des constructions en paille :                                                                                       |
|                                                                                                                                             |
|-Quelles sont les principales contraintes à long terme de ce type de construction ? avez-vous des retours ?                                  |
|                                                                                                                                             |

Quelques photos en documentaire de notre interview.

La maison en chantier

[pic]

Petite maisonnette indépendante de la maison principale et servant à accueillir les invités

[pic]

Le Stockage des ballots de paille dans la maison pour les préserver de l’humidité

[pic]

Test d’enduit de boue sur les murs de la maisonnette, en effet il est important de réaliser ces tests pour éviter les fissures

[pic]

Mur latéral de la maison

[pic]

Face avant de la maison
[pic]

En synthèse, les constructions des maisons de paille présentent de nombreux avantages comme le prix final mais compte tenu de son isolation cela coûte trois fois moins cher en chauffage par rapport à une autre maison de la même dimension et c’est pour l’acheteur un véritable choix écologique.
Pour le constructeur c’est relever un véritable défit au niveau de la construction avec des difficultés à contourner : le crépi, les joints autour des portes et des fenêtres.
Au travers des différents témoignages que nous avons pu lire sur les propriétaires de maison en paille, ils se disent tous satisfaits de leur maison.

b. La maison en bois

? Il existe aussi des maisons écologiques en bois. Ce type de procédé n’est pas encore très utilisé en France bien qu’il se développe de plus en plus et présente de réels et nombreux avantages.
? D’une part, par rapport à une maison traditionnelle en parpaings, l’épaisseur des murs est fortement diminuée, avec une isolation thermique supérieure et une solidité égale : un mur à ossature bois ne dépassera pas 22cm contre 40 pour un mur en parpaings.
? D’autre part, un habitat en bois gagne énormément en confort puisque lors de la construction, aucune humidité n’est piégée mais aussi parce qu’été comme hiver, le bois, très bon isolant thermique, apporte bien-être et confort au quotidien quelles que soient les conditions climatiques où elle est implantée; les constructions en ossature  bois sont des habitats à qualité d’isolation thermique et phonique de très haut niveau par la combinaison du bois utilisé en structure et de matériaux isolants performants.
? L’économie de chauffage réalisée par rapport à une maison classique peut aller jusqu’à 40%. L’ossature bois fait aussi preuve d’une très grande liberté architecturale et d’une forte modularité : ainsi, la maison peut s’agrandir en fonction de l’évolution des besoins de la famille, elle peut être agrandie très facilement.
? Ce type de construction est très solide et particulièrement durable : le bois est un élément naturel et durable, sa légèreté lui a permis d’être utilisé depuis des siècles pour la réalisation de charpentes ou de pieux de soutènement et sa durabilité est assurée comme en témoignent les très vieilles bâtisses à colombages datant de plusieurs siècle.
? De plus, son chantier est plus sain que celui d’une maison traditionnelle puisqu’il ne nécessite pas d’eau ce qui permet d’éviter tout tassement, fissure ou encore pénétration d’humidité. La maison bois ou à ossature bois résiste très bien au temps et aux intempéries, elle ne requiert que très peu d’entretien, pas plus qu’un enduit classique en maçonnerie puisqu’aujourd’hui son bois est traité grâce aux nouvelles technologies contre insectes et champignons et une lasure opaque est appliquée sur le bois afin de garantir son aspect initial 10 ans durant.
? L’habitat réalisé en bois possède une forte résistance au feu contrairement aux idées reçues puisqu’il répond à une réglementation de sécurité incendie universelle à tout type de construction. En effet, s’il est traité par un isolant incombustible, le bois peut alors avoir une résistance au feu bien supérieur à celle des maisons classiques.
? Au niveau conception, transformation des matières premières et mise en œuvre du chantier, la maison bois, issue de ressources renouvelables préserve l’environnement (la forêt française a doublée en surface depuis 1830). Elle demande ainsi 30% d’énergie en moins que la réalisation complète d’une maison en maçonnerie.
? Un des nombreux avantages de ces constructions est son adaptation au terrain et sa qualité esthétique : de par une légèreté 4 fois supérieure au béton et une esthétique « passe-partout », elles peuvent s’adapter à tous les terrains et réduire les coûts de fondations. Alors, ce type d’habitat est une valeur sure du XXI° siècle par son confort et ses performances.

Ci-dessous une maison en bois :

[pic]

c. La maison en structure acier

? Un autre type de maison écologique est apparu aux Etats-Unis dans les années 1980-1990 : c’est la maison à ossature acier.
? Malgré un marché peu dynamique en raison de l’image « hangars » de ce type de maison, l’acier est tout de même un marché prometteur. Ces maisons permettent d’atteindre des résultats de wc japonais de grande qualité et de très haut niveau.
? C’est un peu le même principe que pour la maison à ossature bois, le « squelette » de la maison est en acier et reçoit à l’intérieur et à l’extérieur de l’habitat un parement de matériaux actuels et variés.
? La construction à ossature acier permet d’abord une grande souplesse architecturale tout comme le bois; toutes les formes imaginables peuvent être réalisés facilement grâce à l’ossature acier.
? Aussi, ce genre de réalisations est plus compétitive pour le client puisque la durée du chantier est limitée; on estime parfois que l‘économie réalisée par rapport à une construction classique est de 10%.
? La maison acier est très performante, son isolation thermique peut répondre au label de Haute Performance Énergétique ainsi que son isolation phonique ne dépassant pas les 60 dB.
?

? De plus, autre point commun avec la maison bois, la propreté du chantier qui ne nécessite pas non plus pour la plus grosse part l’usage d’eau. Ces maisons sont très saines car elles ne nécessitent aucun traitement chimique toxique.
? Nouveau point commun avec les ossatures bois,  les ossatures acier présentent un réel confort quotidien au sein de la maison par l’usage d’une isolation thermique très poussée limitant au maximum les ponts thermiques.
? L’épaisseur des murs peut être très réduite si l’on respecte les techniques de mise en œuvre (12 à 20cm). L’habitat en acier est sain et sécurisé contrairement à une maison en béton puisqu’il est léger, antisismique, particulièrement bien protégé contre la foudre, et qu’il manifeste l’absence totale de matières ou de matériaux susceptibles de diffuser des rayons radioactifs comme peuvent le faire certaines pierres.
? Ce type de construction est entièrement respectueux de l’environnement puisque son matériaux principal, l’acier est 100% recyclable et que sa construction sèche ne provoque aucun rejet dans la nature.

Ci-dessous un exemple d’une maison à ossature acier

[pic]

d. La maison passive (énergie zéro)

? Enfin, le dernier type de construction écologique, et certainement le plus récent : la maison passive. Résultat de nombreuses années de recherche, le concept est né en 1988 en Allemagne dans l’institut « Wohnen und Umwelt » de Darmstadt (Ouest Allemagne), il repose sur une conception simple de l’habitat : pour bénéficier d’une température ambiante agréable toute l’année sans chauffage, la maison doit s’autoréguler.
? La maison passive ou « à énergie zéro »  est à l’origine d’une norme énergétique allemande, la Passivhaus. Ces maisons sont encore en expérimentation mais l’on en compte tout de même mille en Allemagne et en Europe.
Alors comment une maison peut-elle être pratiquement autonome pour ses besoins de chauffage? En réalité, elle se contente simplement des apports du soleil, des apports métaboliques des habitants et des machines en fonctionnement ainsi que d’une sur isolation.
? Pour qu’une maison soit dite « passive » elle doit respecter une consommation d’eau ou énergie liée au chauffage de moins de 15kWh/m²/an et d’énergie primaire de moins de 50kWh/m²/an; rappelons qu’une maison conventionnelle construite dans les années 1960 accuse une consommation moyenne de 320kWh/m²/an.
? La maison passive a pour objectif de produire autant d’énergie que l’on en consomme et permet à l’habitant de n’être dépendant de personne pour s’éclairer, se chauffer ou rafraîchir la maison en été puisqu’elle produit elle-même son énergie nécessaire et de fait, n’expose pas son propriétaire aux augmentations de plus en plus répétées des énergies fossiles ou d’électricité.
? Alors comment construire une maison « énergie zéro »?
Tout d’abord, suite à l’achat du terrain, l’acquéreur doit prendre le projet dans son intégralité dès la première séance de conception et doit choisir les matériaux mis en œuvre dans la construction de son habitat.

Puis bien définir l’emplacement du bien afin de tirer entièrement profit des apports absolument gratuits et naturels du soleil, il faut rechercher la meilleure implantation de la maison et des pièces en fonction du trajet du soleil tout au long de la journée, et ce afin d’installer salle à manger, salon bureau… au Sud et le garage au Nord. Il faut aussi veiller à une bonne répartition des ouvertures (Conseillée à 80% au Sud et 20% au Nord, Est, Ouest) pour respecter le bio climatisme de la maison et ne pas oublier la ventilation étudiée des pièces (type VMC).
? La maison passive doit permettre une résistance thermique fortement supérieure à la réglementation thermique RT2005. Cet habitat doit donc être sur isolé grâce à des isolants ayant une très forte inertie thermique.
? Cependant, ce genre de maison présente un réel surcoût des installations nécessaires pour répondre aux normes de la catégorie.
? De plus, l’habitat autonome ne convient pas à une famille souvent en déplacement puisque la maison dépend complètement des habitudes et comportements de ses occupants.

Exemple d’une maison passive

[pic]

4. Isolation, quel composant retenir en respect du cadre écologique ?

Pour répondre aux différentes contraintes règlementaires mais aussi environnementales, il faut choisir le bon isolant pour les constructions de demain voire des rénovations.

Ces nouveaux matériaux naturels, dont les matières premières sont renouvelables, couvrent actuellement 5% du marché des isolants.
Les autres isolants traditionnels sont issus de matières premières fossiles ou inorganiques: laine de verre, laine de roche ou plastiques.
Beaucoup de facteurs sont à prendre en compte pour définir une isolation performante ; parmi ces facteurs on retrouve la résistance à l’humidité, aux températures élevée ou très faibles.
De nombreux isolants dits « naturels » sont disponibles sur le marché :
Des laines naturelles faites à partir de chanvre de coton ou de plume jusqu’au liège et aux fibres de bois, le choix est grand et il est essentiel de bien se renseigner sur chaque matériau.

Le schéma ci-dessous représente les déperditions de chaleur d’une maison non-isolée d’où l’importance d’une isolation efficace.

[pic]

CONCLUSION

Comme on a pu le voir tout le long de cette étude, la construction d’habitat écologique se développe de plus en plus.
L’habitat écologique procure de nombreux avantages aussi bien sur le plan écologique qu’économique mais aussi des désagréments cependant moins nombreux. Parmi ces avantages on peut retrouver notamment  des réductions fiscales ainsi que des économies d’énergie.
Néanmoins, le surcoût des installations avec le manque d’information freine le développement de ce type de construction.
De nombreux facteurs sont à prendre en considération avant la construction de ce type d’habitat et tout particulièrement les contraintes réglementaires ainsi que les  choix des différents types de matériaux et isolants.
Comme nous avons pu le constater, l’habitat écologique par ses nombreuses caractéristiques est une manière efficace de préserver notre environnement qui est en déclin.
A  ce jour la construction écologique devient une préoccupation, nous retrouvons de nombreux articles dans la presse, de nombreux témoignages. Il existe même une presse spécialisée le bimestriel « la Maison écologique » qui est distribuée en kiosque depuis 2004 renouvelables (solaire, éolien, bois…). Et « la Maison écologique, en co-organisant, tous les ans depuis 2004 le Salon Bâtir Ecologique à Paris (La Grande Halle de La Villette) se positionne résolument comme un média qui veut faire avancer la réflexion sur la construction, en prônant l’utilisation de matériaux naturels et de proximité pour des constructions à basse consommation énergétique.
De plus en plus le particulier a accès à l’information et peut se documenter afin de choisir une construction écologique pour sa résidence.

Aujourd’hui préserver notre environnement devient l’affaire de tous.

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »